Histoire de l'Antiquité à nos jours n° 104
Carthage, entre légende et martyre

N° 104 - Juil./Août. 19

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

9,00 €

ISSN : 9771632085000

Qu’évoque le nom de Carthage de nos jours ? Essentiellement les guerres puniques – surtout Hannibal et ses éléphants – et une fin tragique à la suite un siège cruel mené par les Romains. Mais, en dehors de quelques esprits curieux, rattache-t-on à ce nom une histoire longue de… quinze siècles ? Fondée en 814 av. J.-C selon la légende, Carthage attendit l’an 698 de notre ère pour connaître sa fin : si elle avait ressuscité, grâce à Rome, après avoir été détruite par elle (146 av. J-C), elle ne survécut pas son anéantissement par l’émir omeyyade Hassan Ibn Numan en 698. Entre sa fondation et sa mort, Carthage avait connu des gloires souvent oubliées, tant on retient plus facilement son martyre. Elle était née dans une légende autour du personnage de la reine phénicienne Elyssa appelée aussi Didon, associée au prince troyen Énée, dont les descendants devaient fonder Rome – tout un symbole !

Dossier

Articles

Notre-Dame de Paris
Sur les deux pillages advenus dans la tombe de Toutânkhamon
La construction du pouvoir muratiste
Germania

Vie quotidienne du peuple Mediomatrici

L’action se déroule pendant la guerre des Gaules, durant l’année 52 av. J.-C. Durnacos, le vergobretos des Mediomatrici a été retenu captif dans sa propre capitale, Mediobriga, par le traître Circios qui s’est allié à Cingetorix, le Treveri pro-romain, et à Titus Labienus, principal lieutenant de Caius Julius Caesar. En agissant ainsi, Circios a réussi, pendant plusieurs lunes, à empêcher Durnacos de rejoindre la coalition des peuples gaulois hostiles aux Romains commandée par le jeune Vercingétorix. Auparavant, sentant la pression romaine de plus en plus forte sur lui et son peuple, Durnacos avait pris la précaution de faire escorter sa famille jusqu’en territoire Dobunni, dans l’île des Britanni. C’est Bellorix, son principal ambactos, qui l’a libéré de ses chaînes. Ensemble, à la tête d’une troupe de 5 000 guerriers, ils ont rejoint la formidable armée gauloise destinée à secourir Vercingétorix enfermé à Alisiia.

Magazine : Histoire de l'Antiquité à nos jours n° 104 Page : 62-67

Date : 08/07/2019

Vous aimerez aussi

LES CANONS DE L'ÉLÉGANCE

LES CANONS DE L'ÉLÉGANCE

Musée de l'Armée – Invalides

49,00 €

Découvrir
CHAMBORD - L'œuvre ultime de Léonard de Vinci ?

CHAMBORD - L'œuvre ultime de Léonard de Vinci ?

14,50 €

Découvrir
ALSACE GOTHIQUE

ALSACE GOTHIQUE

75,00 € 49,00 €

Découvrir
BOURGOGNE ROMANE

BOURGOGNE ROMANE

75,00 € 49,00 €

Découvrir